Un an plus tard

Il y a plus d’un an que je n’ai rien publié sur ce blog. Je m’en excuse auprès des quelques personnes qui me lisaient à l’époque. Je reviendrai plus tard sur les mois écoulés…

Mon dernier sujet parlait de magazines pour Mini-nous. Si je reprends donc avec la même thématique, la boucle sera bouclée.
Mini-nous a désormais trois ans. Mais ce n’est pas pour autant qu’il a repris la lecture de Piou Piou. Nous l’avons abonné à Abricot, le digne successeur de Papoum.

En effet, Mini-nous ne s’est même pas aperçu de ce changement de revue. Juju a laissé la place à Juliette, mais l’organisation du magazine est très similaire. On y retrouve des histoires courtes,  des chansons, des héros récurrents, des histoires de saisons (neige, galette des rois…).

Bien pensé et adapté à l’âge de Mini-nous, Abricot est une bonne revue (de mon point de vue). Mini’nous l’a tout de suite adoptée, comme Papoum à l’époque.

abricot

Disponible en kiosque, le mensuel Abricot est aussi accessible par abonnement (par exemple ici).

Catégories : Mini-nous, Page blanche..., _ | Poster un commentaire

Dans un an peut-être

Il y a quelques semaines, je vantais les mérites de Papoum. Aujourd’hui, c’est tout l’inverse. Je vais te déconseiller une revue. Déconseiller n’est pas le terme exact. Je vais plutôt te dire t’attendre que ton enfant ait l’âge adéquat.

Partis dans notre lancée, après tout Papoum rencontre un grand succès auprès de Mini-Nous, nous nous sommes mis en quête d’un autre magazine pour tout petit, histoire d’alterner un peu les histoires.

En kiosque, nous avons découvert "Piou piou, le journal des petits poussins" estampillé "dès 9 mois". Coloré, des histoires courtes… il n’en fallait pas plus pour nous décider à prendre un exemplaire (3,90 euros).

On s’attendait à faire le bonheur de Mini-Nous. Quelle ne fut pas notre déception…

Mini-Nous l’a feuilleté rapidement et l’a vite délaissé.

Pourtant, son format offre une prise en main facile pour Mini-Nous, les histoires n’excèdent pas 8 pages, les dessins sont attrayants. Mais il est loin de déclencher la moindre effervescence chez notre critique littéraire en couche.

En dehors des pages qui ne sont pas cartonnées, et donc aussi fines qu’une revue de "grand", je ne sais pas ce qui lui a déplu. On tentera à nouveau l’expérience dans quelques mois.

Catégories : Page blanche... | Poster un commentaire

Grâce à lui…

Après ce week-end de fête des mères, je vais déroger à la règle. Je ne te parlerai pas de mon merveilleux Mini-Nous, mais de son père SuperPapa !

Non content d’avoir pensé à moi pour la fête des mères (et oui, Mini-Nous est encore un peu petit pour me faire de ses mains, et avec amour, un "joli" collier de nouilles), et oui, en attendant, c’est Super-Papa qui s’y colle… il n’a pas oublié notre anniversaire de mariage. Déjà un an qu’il m’a passé la bague au doigt (et vice versa).

Je viens de passer un week-end merveilleux avec les deux hommes de ma vie. Super-Papa, sans même s’en rendre compte, m’a fait le meilleur cadeau au monde. à travers ses yeux, je me suis sentie belle. Cela faisait tellement longtemps que je ne m’étais pas autant sentie bien, c’est revigorant !!

Il n’a pourtant rien fait d’extraordinaire. On a été faire les boutiques tous les trois, il m’a poussée à acheter deux robes, et m’a regardée amoureusement le lendemain quand j’en ai enfilé une. Comme quoi, parfois le bonheur ne tient pas à grand chose…

Mais c’était un week-end tellement apaisant que je me suis sentie bien. On a partagé des moments rien que tous les trois. ça se fait tellement rare depuis que SuperPapa est en formation, donc loin de nous toute la semaine, que je les ai savourés.

Et puis, après tout, ça a du bon d’avoir un homme pour nous épauler. Grâce à lui…

… je me sens bien

… j’ai pondu un magnifique Mini-Nous

… j’ai une épaule sur qui pleurer

… j’ai un bras sur lequel m’appuyer quand je craque

… je recommence à prendre soin de moi

… je ris souvent

… je me sens utile en le soutenant

… j’avance dans ma vie (faut dire qu’il me pousse aussi;) )

… je viens de passer dix merveilleuses années

Même si parfois, à cause de lui, je râle, je pleure, je m’inquiète, je suis en retard, je me sens seule quand il est loin, je n’ai pas accès à la télé car il la monopolise avec la console… je l’aime.

Catégories : SuperPapa | Un commentaire

Le nez dans les livres

Si certains trouvent du mal à amener leurs enfants vers la lecture, ce n’est, pour l’instant, pas notre cas.

Jusqu’au mois dernier, Mini-Nous, comme la plupart des enfants de son âge, se contentait de feuilleter les livres, de regarder les animaux et de les désigner sur les dessins quand nous lui demandions "il est où le lapin?". Ce qui est déjà pas si mal pour une première approche.

Mais depuis quelques semaines, tout a changé… Une amie bibliothécaire m’a fait découvrir Papoum, mensuel dédié aux petits entre 6 mois et 3 ans. Je ne savais même pas qu’il y avait des revues pour cet âge… Honte sur moi!

Ni une, ni deux, elle a abonné Mini-Nous. Quel bonheur pour lui lorsque le premier numéro est arrivé. Et quelle joie pour nous de le voir scotché comme ça.

Pour la lecture, Mini-Nous a un petit rituel : il prend son bouquin, nous le tend, et recule pour poser ses fesses sur nos genoux ;) Rien de mieux que d’être à cou pour lire. Depuis qu’il a découvert Papoum, c’est magique. Du jour au lendemain, il a fallu lui lire les histoires. Il ne suffit plus de se contenter de lui montrer les images. Oh non, ça déclenche immédiatement une crise de petit bonhomme contrarié!! Il veut vraiment qu’on lui raconte ce qui est écrit sur le livre ou le magazine.

Merci Papoum d’avoir fait de Mini-Nous un accro à la lecture. Pourvu que ça dur…

Bon, le revers de la médaille, c’est qu’il faut passer plus d’un quart d’heure tous les soirs à relire éternellement les 5 mêmes livres (oui, les autres n’ont pas l’air de lui plaire)! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour que son enfant aime la lecture…

Mais Papoum, c’est quoi au fait?

Ce magazine en forme de maison renferme plusieurs petites histoires courtes. On retrouve des personnages récurrents comme Juju et son doudou Papoum, Mimi la souris… Ils sont accompagnés de plusieurs histoires de quatre pages, avec des dessins colorés, mais dans des styles différents. Mini-Nous ne décroche pas et reste attentif du début à la fin, mais le principe d’histoires courtes permet, en théorie, d’en lire une sans avoir à lire les autres aussitôt après.

Chaque numéro contient au moins une comptine et un imagier.

Le magazine est disponible en kiosque, mais aussi par abonnement (par exemple ici pour 10 numéros sur un an à 50 euros : d’accord, ce n’est pas donné!).

Je le trouve très ludique et bien adapté (Mini-Nous a presque 18 mois). Et contrairement à certaines histoires (dont je reparlerai certainement dans un prochain sujet), il y a toujours une morale (au moins dans ce que j’ai pu lire jusque là).

C’est vraiment un très bon produit pour les plus jeunes.

Catégories : Mini-nous, Page blanche... | Poster un commentaire

Le retour

Le temps passe vite…

Presque un mois déjà que je n’ai rien publié ici. Je comptais me confondre en excuses pour ma si longue absence, faire mon mea culpa et expliquer les raisons de ce silence. Mais je m’aperçois que je ne manque pas à grand monde, alors point de longues excuses larmoyantes en vue. Ce qui ne m’empêchera pas de m’expliquer pour les quelques rares personnes qui me suivent (et oui, il y en a quand même).

Beaucoup de choses changent (ou sont vouées à changer) dans ma vie en très peu de temps. Il faut gérer un Mini-Nous en pleine découverte du monde, un SuperPapa à aimer, une famille et des amis à ne pas oublier, une maison à vendre, un nouveau travail à trouver, un nouveau lieu de vie à imaginer… tout en ne perdant pas de vue les indispensables de ce qui sera ma future vie passée et dont je ne veux pas m’éloigner (même si physiquement, ce sera forcément le cas)… Si tout n’est pas très clair, ce n’est pas grave. Sache juste (oui, aujourd’hui je te tutoie car j’imagine que tu n’est que UN à me lire…) que mon univers est tout chamboulé.

Je déborde d’idée pour remplir de sujets passionnants les pages virtuelles de ce blog. Mais pour l’instant, je manque de temps. Alors on en vient à la partie mea culpa. Non pas que je crois que qui que ce soit prenne réellement plaisir à me lire (oui, j’ai parfois tendance à être défaitiste), mais ce blog est important pour moi et je n’ai aucune envie de le laisser tomber, même si je n’écris que pour moi…

Alors voilà, l’oeil de taupe is back ;)

Catégories : (Mauvaise) humeur | 5 Commentaires

Qui a dit qu’on ne pouvez rien faire avec un bébé?

Il y a deux ans, comme beaucoup de gens qui n’ont pas d’enfant, je pensais qu’avoir un adorable bout de chou allait de paire avec de tristes contre-parties : plus ou peu de vie sociale, moins de sorties, fini les restaurants, les soirées en amoureux, les vacances détente…

J’avais bien tord. Mini-Nous n’a pas encore une grande expérience de la vie, mais du haut de ses 16 mois, il a déjà vécu pas mal d’aventures. Alors qu’on ne vienne plus me dire aujourd’hui qu’on ne peut pas bouger avec un enfant en bas âge… Ces derniers mois me prouvent le contraire!

1. Mini-nous a été en ville, à la campagne, à la mer et à la montage, il a même déjà dormi à l’hôtel…

- oui, un bébé peut très bien passer plusieurs jours dans un petit appartement à dormir dans la même chambre que ses parents (il faut juste que lesdits parents apprennent à rentrer le ventre pour contourner le lit parapluie).

- oui, un bébé peut accompagner ses parents en séjour à la montagne, la poussette bien caler entre une barrière de sécurité et une falaise, à regarder SuperPapa escalader les sommets.

- oui, un bébé peut regarder une heure durant les embruns sur la plage (et même faire une sieste avec des bruits de mouettes menaçantes dis donc).

- oui, un bébé peut jouer toute une après-midi à nourrir des lapins avec de l’herbe, de la terre, des cailloux ou toute autre substance plus ou moins douteuse se trouvant à proximité de la cage.

- oui, un bébé, comme ses parents, peut apprécier de sauter sur un lit moelleux de chambre d’hôtel.

- oui, un bébé peut monter dans des oeufs (téléphérique) sans pleurer pendant le trajet.

2. Mini-nous nous a toujours accompagné en soirée, chez des amis, dans des salles des fêtes, au restaurant, au bowling…

- oui, un bébé peut dormir chez des amis pendant que ses parents entretiennent leur vie sociale tard dans la nuit.

- oui, un bébé peut manger à table dans un restaurant (il suffit que ses parents n’aient pas honte de la charpie nourriture étalée autour de la chaise haute).

- oui, un bébé peut dormir à même le sol (sur des couvertures bien entendu…) dans ce même restaurant pendant que ses parents finissent de déguster un fabuleux repas (et non, nous ne sommes pas des parents indignes…).

- oui, un bébé peut accompagner ses parents pour un anniversaire avec beaucoup de monde et passer la soirée à dormir sur les genoux.

- oui, un bébé est autorisé à rentrer dans l’enceinte d’un bowling. Il faut juste se méfier qu’il ne court pas après toutes les boules (car il y prend vite goût).

- oui, un bébé peut rester à coup pour visiter une expo, pendant une inauguration… et même pour réaliser une interview…

- oui, un bébé peut s’éclater à la piscine avec SuperPapa.

3. Mini-nous a mangé, dormi et été changé dans des endroits plus ou moins inattendus

- oui, on peut changer les fesses d’un bébé en plein air, même sur le parvis d’une église.

- oui, un bébé peut prendre son biberon dans une voiture (bon d’accord, à l’arrêt quand même).

- oui, un bébé peut manger sur une plage ou à flan de falaise.

- oui, un bébé (en tous cas Mini-Nous) peut dormir ailleurs que dans sa chambre, et bien souvent le bruit de dérange pas son sommeil.

Et surtout, oui, un bébé peut assister au mariage de ses parents, être présent tout le long de la cérémonie, et même dormir dans le bâtiment où se déroule la réception…

Ces 16 mois nous ont permis de comprendre que lorsqu’on le décide, il y a bien peu de chose qu’on ne puisse pas faire avec un Mini-Nous.

Catégories : Mini-nous | Poster un commentaire

Vous appelez pour quoi?

Je ne suis pas de ces mamans qui paniquent au moindre bobo de leur rejeton, non, ce n’est pas dans ma nature. Je suis plutôt du style à gérer calmement les situations urgentes, à problème, délicates, qui font battre le coeur trop vite parce que ça fait peur, que personne ne veut regarder en face parce que le "sang, ce n’est pas beau à voir"… Si j’ai bien une qualité (oui, oui, vous ne rêvez pas, je m’auto-lance des fleurs), c’est bien de rester calme et de savoir quoi faire dans les situations paniquantes.

Des fois, après avoir gérer l’urgence, le doute me taraude et je préfère avoir l’avis d’un expert. Hier soir, Mini-Nous jouait dans l’herbe (normal, il fait beau et il s’amuse tant dehors). Il arrachait l’herbe par poignées, tout guilleré. Puis d’un coup, me regarde, arrêt sur image et les larmes montent dans ses yeux, vous savez, comme dans les dessins animés lorsque le loup se coince la queue dans une porte, les deux secondes qui précèdent le hurlement de la mort. Et bien tout pareil. Le moment de flottement, les larmes qui montent et les cris de douleurs qui ferment la marche.

Mini-Nous me tend sa petite main et là, une guêpe est fièrement posée dessus. Ni une, ni deux, je la dégage d’une pichenette et attrape mon loup affolé dans mes bras. Direction la cuisine où les réflexes nourris aux recettes de grand-mère refont surface : j’enveloppe la main de Mini-Nous avec du sopalin détrempé au vinaigre et le câline le temps de calmer le jeu. C’est que je ne sais pas encore dans quel état est la main de Mini-Nous. Ok, tout va bien, piqûre nette, le dard n’est plus là, mais le doigt gonfle. Je tartine la main de Mini-Nous avec une crème apaisante et c’est partie pour 10 minutes de câlins-chansons-berçeuses pour calmer ma bête. Une piqûre de guêpe, ça fait mal!

Le temps passe, et le doigt de Mini-Nous reste horriblement gonflé et dur, tout comme les deux doigts voisins. Autant les piqûres d’insecte, j’ai l’habitude, mais une piqûre de guêpe sur un bouchon de cet âge, je ne sais pas si c’est plus dangereux. Bon ok, ce n’est ni la gorge, ni le visage, mais quand même. Par acquit de conscience, je préfère téléphoner au médecin régulateur du Samu (oui, les problèmes, ça arrive toujours en dehors des horaires d’ouverture du cabinet des médecins).

La première personne qui me répond prend tous les renseignements, compatit (même si ce n’est pas ce que je lui demande) et me passe un interne des urgences pédiatriques. Re-belotte, me voilà à expliquer à nouveau ce qui se passe. Petit extrait de notre conversation :

Lire la suite

Catégories : (Mauvaise) humeur, Mini-nous | Poster un commentaire

Scout toujours… en musique

Il y a quelques mois, SuperPapa et moi avont craqué pour Scout. Non, il ne s’agit pas d’aller camper au milieu de nul part et de faire du feu avec deux caillasses…

Scout, c’est un adorable, mais parfois agaçant, petit chien musical. Cette peluche est destinée aux plus de 6 mois. Mini-nous l’a eu vers ses un an.

Pour Quelques 35 euros, Scout, de chez Leapfrog, vous promet une personnalisation incomparable du jouet. Et ce n’est pas que de la publicité mensongère. Non, la personnalisation est bien là. Un cordon USB est fourni avec l’animal à fourrure synthétique. Il suffit donc de relier la bête à un ordinateur. Mais attention, il faut disposer d’une connexion intrenet. Il faut créer un compte (gratuit) et télécharger le logiciel LeapfrogConnect (tout aussi gratuit).

Je suis à la fois agréablement surprise et déçue par le côté personnalisation. Une fois rentrer dans le menu, c’est très simple. Mais bordel de m***, il faut déjà pouvoir y accéder.

La bonne surprise, viens de l’étendu du choix qui nous est offert. Déjà, le prénom de l’enfant. Mini-nous n’aura pas le moindre camarade dans sa future école portant le même prénom, et pourtant, il est dans la liste de Scout!!! Pour vous donnez deux trois exemple, Scout arrive à dire "je t’aime Mini-Nous", ou bien encore "j’aime bien jouer avec mon ami Mini-Nous" (bon, vous l’aurez compris, Scout ne dit pas réellement Mini-Nous, mais le prénom de mon fils…).

Ensuite, il y a tout un tas de critères à personnaliser : son animal préféré, sa couleur préférée, ce qu’il aime manger… Et des tonnes de musiques à choisir.

C’est là où est le hic. Naïve comme tout je me suis dit, "un jouet à connecter à l’ordinateur, je vais pouvoir y mettre plein de MP3". Que nenni. On ne peut pas s’écarter de la liste préétablie de jolies chansons pour bébé (dont beaucoup nous gonflent, nous parents, parce qu’elles nous endorment ou nous prennent la tête).

Peut importe, Scout personnalisé est déposé dans les bras de Mini-Nous. Il a très vite compris comment appuyer avec son pouce sur chacune des quatre pattes du chien (oui, parce qu’on a pris le chien Scout vert) pour lancer différentes activités. L’une correspond à des petites phrases, des activités. La seconde lance un peu de musique. La troisième permet, en appuyant plusieurs fois dessus, de régler un temps de berceuses. Et enfin la dernière, ma préférée, sert de bouton ON/OFF.

Mini-Nous l’adore. Le voir éclater de rire en entendant "je suis d’humeur coquine, fais un son rigolo. GLAGLAGLA GLA GLAGLA", c’est trop fort. Lorsqu’on dort ailleurs que chez nous, on emmène Scout pour dormir avec Mini-Nous et remplacer son mobile musical. Le hic, c’est quand Mini-Nous se retourne à trois heures du matin et s’affale involontairement sur la peluche. Là, réveil en sursaut avec un "j’aime les bananes"…

Pour les points négatifs, c’est surtout l’immonde la trop forte lumière bleue qui illumine le collier de Scout dès qu’il s’allume ou dit un truc. Les piles et la connexion USB sont cachés dans le dos de la peluche. Mais avec le temps, et un Mini-Nous qui grandit donc touche à tout, le scratch tient de moins en moins bien. Mais malgré tout, très bon achat.

Catégories : A la loupe | Poster un commentaire

Le bisous magique (petits bonheurs)

Quand on parle de bisous magique, on imagine tout de suite l’adulte volant au secours de son enfant qui s’est coincé les doigts dans la porte pour lui prodiguer le précieux "bisous qui guérit tout".

Eh ben non, pas cette fois-ci. Le bisous magique, c’est Mini-Nous qui me l’a donné ce matin. Comme ça, juste parce que je lui ai demandé de venir faire un bisous à sa maman qui partait travailler.

Comme d’habitude, je ne m’attendais pas au moindre retour de sa part. Tout au plus à entendre "péter" dans l’air le bruit d’un bisous lâché à la va-vite. Et là, j’entends le fameux "mouah" et oh stupeur, Mini-nous se tourne vers moi, sourire aux lèvres, me tend les bras. Forcément, s’en suit un gros câlin, puis, plus par réflexe qu’autre chose, je lui tends la joue. Ses petites lèvres viennent s’y coller brièvement (mais quand même) pour y déposer un tendre bisous. Du haut de ses 15 mois, je ne peux pas lui demander mieux…

Voilà, c’était furtif, mais je ne connais rien de mieux pour me donner l’énergie nécessaire pour tenir la journée sans lui.

Un vrai bonheur. De quoi me motiver à partager pour la toute première fois mes petits bonheurs avec Maman bavarde.

Catégories : Mini-nous | 7 Commentaires

ça promet…

 

Merci à cet (te) apprenti (e) chauffeur et à son copilote pour m’avoir offert le sourire du jour.

Il me semble que légalement, il faut afficher ça… 

…et non ça ;)

Catégories : Cherchez l'erreur | Poster un commentaire

Create a free website or blog at WordPress.com. Thème Adventure Journal.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.